Partenaires

Logo laboratoire USR 710




Logo FMSH
PUF QuadrigePUF Quadrige
Cairn Info

Accueil du site > L’Année épigraphique > L’Année épigraphique : mode d’emploi > L’Année épigraphique : mode d’emploi

L’Année épigraphique : mode d’emploi

Les notices sont le compte rendu des publications dépouillées. Elles reflètent donc l’opinion des auteurs des articles et ouvrages analysés. Toute correction ou commentaire émanant des rédacteurs de L’Année épigraphique se trouve normalement entre crochets. Une liste des rédacteurs des notices est publiée à la fin du volume. Si le responsable de la correction ou du commentaire est différent du rédacteur de la notice, ses initiales sont indiquées.

Les inscriptions postérieures au VIIe s. p. C. ne figurent normalement pas dans l’AE : des exceptions sont admises pour tenir compte des situations locales.

Les textes figurant dans des corpus (étant entendu que les recueils épigraphiques régionaux à diffusion restreinte ne sont pas traités comme des corpus) ne sont pas systématiquement reproduits. Pour les corpus des provinces hellénophones, une analyse des documents relatifs au monde romain est publiée, avec éventuellement un choix des documents les plus significatifs.

Les menus fragments ne sont pas reproduits : le critère de publication dans l’AE est la présence d’un nom ou d’un terme qui trouvera place dans l’index.

Le choix d’inclure dans la publication une inscription grecque se fonde sur la présence de l’un des éléments suivants  :

1 Empereurs, maison impériale, culte impérial, lettres impériales.
2 Sénat.
3 Lois et plébiscites, sénatus-consultes.
4 Culte de Rome, Rhômaia, inscriptions faisant l’éloge du peuple romain.
5 Gouverneurs, procurateurs.
6 Personnages de rang sénatorial ou équestre.
7

Ambassades auprès de magistrats romains, du Sénat ou de l’empereur.
Traité avec Rome.
8 Relations personnelles entre des cités et des Romains (proxènes, patrons).
9 Mention d’une tribu romaine.
10 Armée romaine.
11 Finances de l’État romain (taxes perçues par Rome ; publicains).
12 Colonies et municipes romains.
13 Interventions du gouvernement romain dans l’administration des cités.
14

Organismes fédératifs créés à l’initiative de Rome
(assemblées provinciales ; Panhellénion).
15 Personnages ayant une onomastique romaine, si l’intérêt en est évident.

L’organisation des notices selon l’ordre géographique des provinces reste dans l’ensemble inchangée. Toutefois les inscriptions trouvées « hors de l’Empire » sont placées maintenant à la suite de la division administrative romaine la plus proche.

La géographie administrative de référence est la suivante  :

- pour l’Italie, les régions augustéennes à l’époque de leur création ;
- pour les provinces, le découpage administratif à la date de 150 p. C., mais, pour l’Afrique, celui de Dioclétien.

La numérotation interne à chaque région s’efforce, dans la mesure du possible, de se conformer à l’ordre géographique choisi par les rédacteurs du C.I.L. Pour la Bretagne, est retenu l’ordre des R.I.B. Pour la province d’Asie, sont mentionnées d’abord les îles (à l’exception de Rhodes, pour ne pas la séparer de sa Pérée), ensuite les cités d’Anatolie du nord au sud.